05/09/2023
Article

Réussir l’ouverture de son cabinet dentaire : zoom sur chaque étape

Au 1er janvier 2021, la France comptait 43 134 chirurgiens-dentistes¹. Parmi eux, 79 % exerçaient comme professionnels libéraux¹. Le désir de posséder son propre cabinet dentaire est une aspiration commune à de nombreux étudiants en odontologie, mais cela nécessite une préparation minutieuse. Vous envisagez de sauter le pas ? Nous avons recensé pour vous les étapes essentielles pour procéder à l’ouverture de votre propre cabinet dentaire.

Qui peut ouvrir un cabinet dentaire ?

L’ouverture d’un cabinet dentaire nécessite d’obtenir le diplôme de docteur en chirurgie dentaire. Il se prépare en 6 ans dans une université. En France, environ 15 établissements proposent un cursus d’odontologie (c'est-à-dire la médecine dentaire)².

Une fois que vous avez obtenu votre diplôme d’État, vous devrez vous inscrire à l’Ordre national des chirurgiens-dentistes. Pour ce faire, contactez le conseil départemental de l’Ordre de votre lieu d’exercice.

Comment faire une étude de marché approfondie ?

Avant de se lancer, il est conseillé de réaliser une étude de marché. L’objectif ? Monter un projet viable en anticipant un maximum de choses. Pour ce faire, intéressez-vous à plusieurs aspects de la profession : 

Les tendances du marché   Quelle est la demande en matière de soins dentaires ?
Quels soins sont majoritairement effectués ?
À quel tarif ?
Quelles évolutions globales pour le métier de chirurgien-dentiste ?
La concurrence   Des cabinets dentaires sont-ils déjà présents ?
La zone envisagée est-elle sous-dotée (pour ce faire, vous pouvez vous rendre sur le site C@rtoSanté).
Des départs en retraite sont-ils prévus ?
Quelles spécialités sont offertes par les chirurgiens-dentistes du secteur ?
Le contexte local Quelle est la démographie de la population ?
Quels soins dentaires seront demandés compte tenu de l’âge de la population ?
Quel est l’accès aux soins global de la population locale ?

 
Bon à savoir : Le choix de l’emplacement pour ouvrir son cabinet dentaire
99 % des patients d’un dentiste habitent dans un rayon de 10 km autour du cabinet7. Cette donnée souligne clairement l’importance de l’analyse du marché local.

Quel statut juridique choisir pour la création d’un cabinet dentaire ?

54 % des chirurgiens-dentistes répertoriés à l’Ordre exercent en cabinet de groupe¹. C’est d’ailleurs une tendance générale : les cabinets individuels reculent au profit de structures collectives.

Vous faites le choix d’exercer à plusieurs ? Vous pourrez partager les frais afférents à l’ouverture de votre cabinet dentaire. Divers statuts juridiques s’offrent à vous : 

●    société civile de moyens (SCM) ;
●    société d'exercice libéral (SEL) ; 
●    société civile professionnelle (SCP). 

Chacun a ses avantages et inconvénients en termes de responsabilités, fiscalité ou gestion. Les démarches administratives varient également en fonction de la structure choisie. Dans tous les cas, il est conseillé de consulter un expert-comptable ou un avocat afin de faire le bon choix. Si vous préférez exercer seul dans votre cabinet, vous pouvez opter pour une Entreprise individuelle (EI) ou une société de type EURL. 

Quelles démarches effectuer pour ouvrir son cabinet dentaire ?

Votre choix est fait ? Vous pouvez entamer les démarches : 

●    rendez-vous à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de votre lieu d’exercice. Elle vous affiliera au régime d'assurance maladie des praticiens et auxiliaires médicaux conventionnés (PAMC) ;
●    souscrivez à une Responsabilité Civile Professionnelle. Obligatoire, cette assurance professionnelle couvre les dommages corporels, matériels et immatériels causés à des tiers durant votre activité professionnelle  ;
●    procédez à votre immatriculation à l’URSSAF dans les 8 jours suivant votre début d’activité. Pour cela, rendez-vous au Centre de Formalités des Entreprises ;
●    inscrivez-vous à la Caisse autonome de retraite des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes (CARCDSF) : cette inscription est obligatoire ;
●    ouvrez votre compte bancaire professionnel.

Quels sont les aspects financiers d’un cabinet dentaire ?

Les coûts de démarrage d'un centre dentaire peuvent varier, mais l’estimation se situe entre 150 000 et 200 000 €³. Un véritable budget, surtout au sortir des études. Cela explique en partie la volonté de nombreux chirurgiens-dentistes de s’installer à plusieurs pour partager les frais. Pour calculer la rentabilité de votre projet, vous devez avoir en tête l’ensemble des dépenses liées à l’installation grâce à un business plan.

Vous aurez besoin d’acquérir des équipements essentiels à votre pratique : 

●    fauteuil dentaire ;
●    compresseur d’air ;
●    éclairage ;
●    autoclave ;
●    instruments dentaires divers…

Pour financer votre projet, vous pouvez utiliser votre apport personnel, souscrire à des prêts bancaires mais également bénéficier de certaines aides . L’Assurance Maladie propose aussi des contrats incitatifs pour favoriser l’implantation de nouveaux cabinets dentaires dans des zones sous-dotées4. 

Comment gérer son cabinet dentaire au quotidien ?

Pour que votre activité soit pérenne, vous devrez mettre en place une gestion efficace. Envisagez de recruter un ou une assistant(e) dentaire afin de vous aider pour certaines tâches. 

Pour optimiser votre emploi du temps, un système de rendez-vous peut également s’avérer indispensable. Veillez à ce que tous les logiciels utilisés garantissent la confidentialité des données personnelles de vos patients dans le cadre du RGPD. L’Ordre national des chirurgiens-dentistes prodigue des conseils utiles sur le sujet5.

Comment faire connaître son cabinet dentaire ?

Si vous souhaitez développer rapidement votre patientèle, il faudra faire connaître votre cabinet dentaire. D’après l'article R. 4127-19 du Code de la santé publique, la publicité des professionnels de santé comme le dentiste est proscrite6. En revanche, rien ne vous interdit de mettre en place une stratégie digitale solide pour améliorer votre visibilité : 

●    créez votre site internet informatif ; 
●    utilisez les réseaux sociaux pour échanger sur des thématiques liées à l’odontologie ; 
●    créez-vous une identité visuelle forte.

Enfin, la satisfaction de vos patients est l’un des premiers vecteurs de visibilité. Ne sous-estimez pas le bouche à oreille.

Les 3 points à retenir : 

●    Il est possible de créer son cabinet dentaire seul ou à plusieurs (comme 54 % des chirurgiens-dentistes).
●    La majorité des chirurgiens-dentistes exercent à titre libéral (79 %).
●    L’installation requiert un financement conséquent : 150 000 à 200 000 € sont nécessaires pour le local, l’achat d’équipements, etc.

¹ Démographie des chirurgiens-dentistes : état des lieux et perspectives
² Les études d’odontologie (chirurgie dentaire)
³ Création d'un cabinet dentaire : comment ça marche ?
4 Les contrats incitatifs chirurgien-dentiste
5 Affichages réglementaires & RGPD
6 Article R. 4127-19 du Code de la santé publique
7 Ouvrir un cabinet dentaire : mode d'emploi et conseils

Pour continuer votre lecture

Masseurs-kinésithérapeutes : bientôt une expérimentation de l'accès direct ?
#Professions libérales
Article
Pour améliorer l'accès aux soins des Français, le gouvernement annonce l'expérimentation d'un accès direct aux kinésithérapeutes. Une initiative de ce type prévue par la loi « Rist 2 » du 19 mai 2023 était déjà en attente de mise en application.
Guide Complet des Aides pour Créateurs d’Entreprise Libérale
#Professions libérales
Article
Découvrez les aides pour devenir libéral : ACRE, ARCE, ARE, zones prioritaires, fiscalité avantageuse et dispositifs spécifiques aux professions de santé.
Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) en santé : explications
#Professions libérales
Article
Découvrez l’essentiel sur les RCP en santé : importance, organisation, impact patient et intégration dans le soin. Expertise et bonnes pratiques dévoilées.