02/08/2023
Article

Devenir infirmier(e) libéral(e) : toutes les démarches à suivre pour se lancer

Depuis 2012, le nombre d’infirmiers libéraux a augmenté de plus de 42 %¹. Les conditions d’exercice du métier, bien différentes de celles d’un infirmier salarié, séduisent de plus en plus de praticiens. Autonomie, relation privilégiée avec les patients, gestion de l’emploi du temps sont autant de caractéristiques de l'exercice de l'infirmier libéral. Vous êtes infirmier hospitalier et vous envisagez de vous lancer dans cette aventure entrepreneuriale ? Vous êtes en pleine reconversion et avez pour projet de vous lancer dans cette voie ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir pour devenir infirmière libérale.

Quelle formation est requise pour s’installer en tant qu’infirmière libérale ?

Pour se lancer comme infirmier diplômé d’État libéral (IDEL), il est nécessaire de posséder un diplôme d’État d’infirmier de niveau bac + 3. La formation de 3 ans se déroule dans un institut de formation en soins infirmiers (IFSI). Cette formation est divisée en enseignements théoriques d'une durée de 2 100 heures, dispensés à la fois : 

●    en institut ; 
●    à l'université, 
●    en apprentissage clinique avec 2 100 heures de stage.

La différence majeure entre un infirmier en institution et un infirmier libéral ? L’expérience requise pour exercer. Une expérience professionnelle d'au moins 3 200 heures (soit environ 24 mois) est exigée pour s’installer comme IDEL. Il faut avoir exercé dans une structure de soins généraux (hôpital, clinique ou centre de santé) dans les 6 ans précédant l’installation en libéral. 

En outre, des compétences entrepreneuriales et de gestion sont à développer pour réussir dans cette activité indépendante. Un infirmier libéral doit non seulement fournir des soins de qualité à ses patients, mais aussi gérer efficacement son activité et sa pratique professionnelle. 

Comptabilité, organisation, communication : de nombreux organismes délivrent des formations pour gérer efficacement son cabinet. Ne négligez pas cet aspect de l’activité d’infirmier libéral. Il peut s’avérer particulièrement chronophage s’il n’est pas bien géré. L’organisation est une étape clé indispensable avant de se lancer en libéral.

Quelles sont les démarches administratives indispensables ?

En 2020, l’Assurance Maladie dénombrait 98 012 infirmiers libéraux en France (sur un total de 637 000 infirmiers tous modes d’exercice confondus)². La première étape pour s’installer comme infirmier libéral ? Faire valider son expérience par la Caisse primaire d’Assurance Maladie de son département d’exercice (CPAM) : elle vous remettra une attestation et vous signerez une convention³.

Créer votre entreprise individuelle

Pour se lancer comme infirmier libéral, choisir un statut juridique approprié est indispensable. Différentes options s’offrent à vous selon vos besoins :

●    L'Entreprise individuelle (EI) : vous exercerez en votre nom propre ;
●    La Société d'exercice libéral (SEL) vous permet d’exercer à plusieurs IDEL, sous forme de société de capitaux ;
●    La Société civile de moyens (SCM), pour exercer à plusieurs en mettant les moyens en commun tout en conservant sa patientèle et son statut d’infirmier libéral ;
●    la Société civile professionnelle (SCP) où les recettes sont également mises en commun. 

Quel que soit votre choix, il est obligatoire de se déclarer au CFE (Centre de formalités des entreprises) dans les 8 jours suivant votre installation. L'adhésion à une association de gestion agréée est aussi recommandée pour bénéficier d'avantages fiscaux. Différentes aides existent pour financer votre installation. Prenez le temps de les étudier attentivement.

Signaler son installation à l'Ordre national des infirmiers

En tant qu’infirmier, vous devez être inscrit à l'Ordre national des infirmiers. Lorsque vous passez d’une activité salariée à une activité libérale, vous devez informer l’organisme de votre changement de situation en passant par votre espace membre. 

Bon à savoir : Quel est le montant de la cotisation ?
La cotisation ordinale d’un infirmier salarié s’élève à 35 €. En revanche, un infirmier libéral doit s’acquitter d’une cotisation d’un montant de 85 €4.

S’affilier auprès de l'Assurance Maladie

Même si vous disposez déjà d’un numéro ADELI, vous devrez en demander un nouveau à l’ARS (Agence régionale de santé) du fait de votre changement de statut. De plus, l'obtention de la carte professionnelle de santé auprès de l’assurance maladie est indispensable pour réaliser des actes médicaux remboursables. 

Souscrire les assurances nécessaires

Dès votre installation, vous devrez vous affilier à la CARPIMKO (Caisse autonome de retraite et de prévoyance des infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, orthophonistes et pédicures-podologues) pour bénéficier d'une couverture sociale adaptée. 

Il vous faut souscrire obligatoirement à une assurance Responsabilité civile professionnelle (RC pro) pour vous protéger en cas de litiges liés à l'exercice de votre profession.

Organiser son activité d’infirmier(e) libéral(e) au quotidien

En 2020, pas moins de 5 382 infirmiers libéraux ont choisi de s'installer pour exercer cette profession comme indépendants². Pour que l’activité soit pérenne, il est toutefois nécessaire d’adopter les bons réflexes.

Où installer son cabinet d’infirmier libéral ?

L'emplacement du cabinet est un élément clé pour votre réussite, mais des contraintes existent. L’Assurance Maladie limite l’installation de nouveaux infirmiers libéraux dans des zones surdotées. Comme le précise l’avenant n° 3 à la convention nationale des infirmières et des infirmiers libéraux, vous devrez attendre qu’un infirmier libéral quitte la zone (retraite, déménagement) pour vous y installer5. En revanche, des aides à l’installation existent si vous décidez de vous installer dans une zone très sous-dotée6

Comment développer sa patientèle ?

La publicité est interdite pour les professions de santé. Mais la collaboration avec d'autres professionnels de santé peut être un moyen efficace de développer sa patientèle. Les partenariats avec des structures médicales, comme les maisons de santé pluriprofessionnelles, peuvent également favoriser l'activité. Vous devrez dans ce cas signer un contrat d’exercice libéral. Selon le type de collaboration que vous envisagez d’entamer, l’Ordre met à votre disposition différents types de contrats d’exercice7. 

Gérer au mieux son quotidien et faire évoluer son activité

Avec un temps de travail moyen de 53 heures par semaine, il vous faudra trouver un équilibre satisfaisant entre vie personnelle et vie professionnelle8. Si vous souhaitez prendre des congés, la continuité des soins devra être assurée par un infirmier libéral remplaçant.

Enfin, si vous vous lancez dans cette aventure libérale, l'actualisation des connaissances est incontournable pour maintenir un niveau élevé de compétences. N’oubliez pas de trouver du temps pour vous former. La santé et la sécurité de vos patients en dépendront.


¹ Rapport de la cour des comptes - Accélérer la réorganisation des soins de ville pour en garantir la qualité et maîtriser la dépense - Juillet 2023
² Infirmiers libéraux
³ Vous souhaitez exercer en tant qu’infirmier libéral : les étapes clés
4 La cotisation ordinale
5 Arrêté du 25 novembre 2011 portant approbation de l'avenant n° 3 à la convention nationale des infirmières et des infirmiers libéraux
6 Installation : le conventionnement et les aides
7 Modèles de contrats d'exercice
8 Fiche métier Infirmier libéral

Pour continuer votre lecture

Guide Complet TVA Auto-Entrepreneur : Règles, Seuils et Gestion
#Micro-entrepreneurs
Article
Découvrez tout sur la TVA pour auto-entrepreneurs : seuils, démarches et choix du régime fiscal adapté.
Guide Complet de la Facturation Électronique en France

Article
Découvrez tout sur la facturation électronique : obligations, mise en œuvre, avantages, et conformité pour optimiser votre gestion d’entreprise.
Actes accomplis pour le compte d'une société en formation : du nouveau !

Article
La procédure de reprise des actes accomplis par les futurs associés pour le compte d'une société en formation est assouplie. La mention selon laquelle ces actes sont conclus « au nom » ou « pour le compte » de la société en formation n'est plus exigé...