26/09/2023
Article

Mutuelle des professions libérales : les critères pour faire le bon choix

Les salariés en France sont couverts par une mutuelle d’entreprise, cofinancée à 50 % par leur employeur. Les professionnels libéraux, en tant qu’indépendants, ne profitent pas de ce système. S’ils souhaitent bénéficier d’une complémentaire santé, ils ont non seulement à faire les démarches, mais aussi à payer l’intégralité des coûts. En contrepartie, ils peuvent choisir une mutuelle parfaitement adaptée aux spécificités de leur profession libérale, à leur situation familiale et à leur budget.

L’importance d’une mutuelle pour les professionnels libéraux

Consultation chez un médecin, hospitalisation, examen dans un laboratoire d’analyse ou encore achat de médicaments en pharmacie : la Sécurité sociale en France rembourse une grande partie de nombreuses dépenses de santé. Souscrire une mutuelle permet de bénéficier d’une couverture encore meilleure.

Avec une mutuelle, vous accédez à :

  • Des remboursements complémentaires. Vous êtes remboursé jusqu’à 100 % de vos dépenses pour les frais de santé qui ne sont pas intégralement pris en charge par la Sécurité sociale – dépassements d’honoraires, par exemple.
  • La prise en charge de certaines dépenses de soins non remboursées. Ostéopathie, psychologie ou encore sevrage tabagique : les mutuelles proposent un forfait de remboursement annuel pour de nombreuses thérapies et médecines douces.

Selon les mutuelles, vous bénéficiez en outre de divers avantages annexes – tiers payant, prestations d’assistance…

Professionnel libéral vs. salarié : quelle différence en matière de protection sociale ?

Si vous exercez une profession libérale, réglementée ou non, à titre indépendant, vous relevez du régime social des Travailleurs Non-Salariés (TNS) : vous cotisez à la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI). Contrairement aux idées reçues, le remboursement de vos dépenses de soins par la Sécurité sociale est identique à celui des salariés.

La protection sociale des TNS est sensiblement inférieure à celle des salariés, mais sur d’autres aspects du volet maladie : indemnités journalières et invalidité-décès, notamment.

Contrairement aux salariés, en revanche, les professionnels libéraux ne sont pas contraints de souscrire une mutuelle.

  • Souscrire une mutuelle en tant que professionnel libéral n’est en aucun cas obligatoire.
  • Alors que l’employeur effectue les démarches pour ses salariés, c’est au professionnel indépendant de s’occuper de prendre une mutuelle.

Certains professionnels libéraux ne prennent pas de mutuelle, par choix délibéré. D’autres oublient de faire les démarches : ils s’en rendent compte au moment de payer certains frais médicaux élevés.

4 bonnes raisons de souscrire une mutuelle en tant que professionnel libéral

  • Avec une mutuelle, vous êtes remboursé jusqu’à 100 % de vos dépenses de santé, selon les modalités de votre contrat. Ces remboursements s’avèrent très précieux dans certaines situations. En cas d’hospitalisation, par exemple, le forfait journalier hospitalier de 20 € est à votre charge ; dans le cadre d’un séjour de longue durée, la prise en charge par votre mutuelle est un soulagement.
  • Réflexologie, phytologie, sophrologie… les médecines douces ne sont pas remboursées par l’Assurance Maladie. Pourtant elles sont vectrices de bien-être, et d’autant plus dans le cadre de certaines activités professionnelles libérales éprouvantes. Avec une mutuelle, vous hésitez moins à bénéficier de séances de médecine douce bienfaitrices pour votre santé au quotidien.
  • Souscrire une mutuelle dans le cadre de l’exercice de votre profession libérale vous protège, et protège, le cas échéant, votre famille. Dentaire, optique, hospitalisation et aides auditives : votre conjoint et vos enfants, en tant qu’ayants-droits, peuvent bénéficier de garanties qui se révèlent importantes à certains âges – quand un enfant doit suivre un traitement orthodontique, par exemple.
  • En tant qu’indépendant, la stabilité de vos revenus d’activité professionnelle n’est pas garantie. Une mutuelle vous permet de faire face à vos dépenses de santé même en période de faible activité.

Faut-il souscrire une mutuelle ou une prévoyance ?

Mutuelle ou prévoyance : la confusion est fréquente. Le point sur la terminologie et l’intérêt de chaque système.

  • Une mutuelle – ou complémentaire santé – désigne un contrat qui détermine les modalités de remboursement de la part complémentaire de vos dépenses de santé. La mutuelle désigne également l’organisme qui prend en charge vos remboursements de santé. L’organisme de mutuelle, en outre, propose en général des contrats de prévoyance pour les professionnels libéraux et autres indépendants au statut TNS.
  • Une prévoyance vous permet d’accéder à des garanties différentes de celles de la mutuelle. La mutuelle rembourse vos dépenses de soins, alors que la prévoyance indemnise vos arrêts de travail. C’est-à-dire qu’en cas de maladie ou d’accident, vous pouvez continuer à percevoir vos revenus. Vos allocations maternité ou paternité, en outre, sont supérieures. En cas d’invalidité ou de décès, c’est également la prévoyance qui indemnise votre perte de revenus, ou qui verse un capital décès à vos proches.

En tant que professionnel libéral, souscrire une prévoyance est d’autant plus intéressant que votre protection sociale à cet égard est légèrement moins favorable que celle d’un salarié.

Mutuelle et prévoyance des professionnels libéraux : que dit la loi Madelin ?

Souscrire une mutuelle et une prévoyance représente un coût important. Cependant, les dépenses de santé et le manque à gagner des professionnels libéraux pendant un arrêt de travail peuvent être d’autant plus importants. Pour aider les indépendants à se protéger contre les risques de la vie, les pouvoirs publics allègent leurs coûts via le dispositif de déduction fiscale loi Madelin, en vigueur depuis 1994.

Depuis la loi Madelin, les cotisations versées au titre des régimes complémentaires de santé entrent dans la catégorie des frais professionnels. À ce titre, les professionnels libéraux qui souscrivent un contrat de mutuelle ou de prévoyance peuvent déduire le montant de leurs cotisations de leurs bénéfices imposables. Souscrire un contrat loi Madelin offre ainsi un avantage fiscal : vous diminuez votre impôt.

La loi Madelin permet également de déduire des bénéfices les cotisations versées dans le cadre d’un contrat de retraite complémentaire.

Comment choisir sa mutuelle en tant que professionnel libéral ?

Le critère du prix est central au moment de choisir sa mutuelle de santé. D’autres éléments toutefois entrent en ligne de compte. Découvrez comment faire un choix éclairé en 3 étapes.

#1 Déterminer ses besoins

En règle générale, les mutuelles proposent aux professionnels libéraux des formules santé avec un niveau de protection plus ou moins élevé, à des prix croissants. Sachez en outre que la plupart du temps, vous pouvez élaborer un contrat sur-mesure avec les seules garanties dont vous avez besoin.

La difficulté réside dans le fait que les risques couverts par une mutuelle sont aléatoires. Dans ce contexte, il est difficile de choisir des garanties adaptées. Vous pouvez toutefois :

  • Vous fier à votre âge et à celui de vos ayants-droits. Jeune actif et sans antécédents familiaux, vous n’avez pas nécessairement besoin de couvrir des dépenses d’aides auditives, par exemple.
  • Choisir des garanties adaptées eu égard à votre profession libérale et à vos activités sportives au quotidien. Un kinésithérapeute, par exemple, exerce un métier physiquement éprouvant, qui justifie d’autant plus de soins de médecine douce : un forfait médecines douces élevé est adapté. Un graphiste freelance qui travaille à domicile n’exerce pas un métier à risque ; s’il fait du parachute pendant son temps libre, néanmoins, il a tout intérêt à prendre des garanties adéquates.
  • Évaluer vos besoins eu égard à vos habitudes en matière de soins et de santé. Si vous avez l’habitude de consulter régulièrement des médecins spécialistes conventionnés secteur 2, il peut être intéressant de prendre une mutuelle qui vous couvre à 200 %, par exemple.

#2 Comparer des devis

Vous avez plusieurs options pour obtenir des devis de mutuelles santé :

  • Contactez des conseillers clients ou faites des demandes de devis en ligne.
  • Utilisez des sites comparateurs de mutuelles. Attention : dans ce cas, il est difficile d’obtenir et de comparer des devis personnalisés en fonction de vos besoins.
  • Faites appel à un courtier en mutuelle santé. Cet intermédiaire sait quelle est la mutuelle la mieux adaptée en fonction de votre profession libérale : vous gagnez du temps. En contrepartie, vous payez les services du courtier.

Veillez à comparer des devis qui proposent des niveaux de garanties identiques.

#3 Choisir une mutuelle de confiance

Une mutuelle de confiance est transparente sur ses prix et sur ses modalités de remboursement de vos frais de santé. C’est également un organisme qui vous met en relation avec des conseillers réactifs et compétents, via un numéro gratuit ou une application mobile moderne, pour vous accompagner en cas de problème de santé.

Pour vous assurer de la fiabilité des mutuelles sélectionnées, vous pouvez consulter les avis vérifiés en ligne. Vous pouvez également vous faire recommander un partenaire de confiance, via le bouche-à-oreille. L’ancienneté de la mutuelle de santé est en outre un critère pertinent.

Pour continuer votre lecture

Avantages et inconvénients du statut de travailleur indépendant
#Entrepreneurs (1 à 10 salariés)
#Micro-entrepreneurs
Article
Découvrez les clés du statut indépendant : flexibilité, risques, protection sociale, équilibre vie-pro, formalités et plus pour réussir en solo.
Légère baisse des créations d'entreprises en 2023
#Entrepreneurs (1 à 10 salariés)
Article
1 051 500 entreprises ont été créées l'an dernier en France. Un chiffre en repli de 1 % par rapport à 2022.
Accident de travail en tant qu’auto-entrepreneur : quelle est la démarche à suivre ?
#Micro-entrepreneurs
Article
L’accident de travail de l’auto-entrepreneur n’est pas spécifiquement indemnisé. La CPAM verse toutefois des indemnités journalières, pour compenser la perte de revenus.