22/03/2024
Article

Comment devenir orthodontiste ?

La France compte 2 116 chirurgiens-dentistes spécialistes en orthopédie dento-faciale ou orthodontistes1. Cette branche de la dentisterie s’occupe du diagnostic puis de la correction des anomalies dentaires, maxillaires. Grâce à des appareillages de pointe, ces experts parviennent à réaligner les dents et/ou les mâchoires. En 2020, près d’un quart des praticiens étaient âgés de plus de 60 ans1. Le besoin de voir de nouveaux orthodontistes s’installer est plus pressant que jamais. Prêt à vous lancer ?
 

Qu’est-ce qu’un orthodontiste ?

Chaque année, un orthodontiste voit en moyenne 1 057 patients dans son cabinet1. Enfants, adolescents, mais aussi adultes : toutes les tranches d’âge peuvent être concernées par les soins d’orthopédie dento-faciale.

Quelles sont les missions principales d’un orthodontiste ?

Les orthodontistes jouent un rôle clé en matière d’esthétique. Mais ce n’est pas tout, leur mission s’étend bien au-delà. Elle englobe la prévention, le diagnostic puis le traitement des malformations (génétiques ou consécutives à des traumatismes). 
Ces professionnels rectifient les désalignements dentaires ou les dysfonctionnements de la mâchoire en proposant des solutions adaptées à chaque patient. Les orthodontistes assurent un suivi complet : de la pose d’appareils correcteurs au conseil en hygiène bucco-dentaire en passant par l’alimentation. Ils jouent un rôle préventif important pour éviter les problèmes dentaires futurs.

Quelles différences y a-t-il entre un orthodontiste et un dentiste ?

Le dentiste et l’orthodontiste sont deux professions distinctes, mais complémentaires. Tous deux débutent par le même socle d’étude de cinq années. 
●    Le chirurgien-dentiste poursuit avec une année supplémentaire afin d’obtenir le diplôme d’État de docteur en chirurgie dentaire. Dans sa pratique, il se focalise sur les soins dentaires généraux : contrôles, détartrages, traitement des caries… 
●    L’orthodontiste se spécialise ensuite en orthopédie dento-faciale durant trois ans pour maîtriser l’alignement des dents comme des mâchoires. 
Les deux praticiens travaillent de concert pour garantir la santé dentaire de leurs patients.

Quelles compétences et qualités personnelles sont requises pour devenir orthodontiste ?

Devenir orthodontiste demande un beau mélange de compétences techniques et personnelles. Un spécialiste en orthopédie dento-faciale est fréquemment amené à recevoir des enfants, parfois inquiets. Une écoute attentive associée à un certain sens de la pédagogie vous aidera dans votre pratique. Vous comprendrez les besoins des patients afin de les rassurer si nécessaire. 
La dextérité manuelle combinée à une grande capacité de concentration est cruciale. Vous devrez réaliser avec précision les gestes méticuleux nécessaires à la pose puis à l’ajustement des appareils dentaires. 
Votre formation vous donnera toutes les connaissances nécessaires en matière d’hygiène et de sécurité. Vous apprendrez à établir un diagnostic précis avant de proposer un plan de traitement adapté. 

Quelles formations pour devenir orthodontiste ?

Devenir orthodontiste ne se fait pas en un jour ! Le point de départ idéal est un bac général, avec une spécialité mathématique ou sciences de la vie et de la Terre. Vous devrez ensuite : 
●    Valider une année de PASS (Parcours Accès Santé Spécifique).
●    Suivre un premier cycle (2e et 3e année) en chirurgie dentaire.
●    Faire un deuxième cycle (4e et 5e année) avec cours, puis stages hospitaliers.
Passé la cinquième année, les chemins se séparent. Pour devenir spécialiste de l’orthodontie, il faut passer le concours d’internat en odontologie, puis opter pour une spécialité parmi : 
●    MBD (médecine bucco-dentaire).
●    CO (chirurgie orale).
●    ODF (orthopédie dento-faciale).

Après trois ans d’études supplémentaires, vous obtiendrez le titre de spécialiste.

Quelles sont les perspectives de carrière d’un orthodontiste ?

Les perspectives de carrière pour un orthodontiste sont prometteuses. 87 % des orthodontistes choisissent l’exercice libéral exclusif en ouvrant leur propre cabinet1. De quoi bénéficier d’une indépendance totale dans la gestion de leur activité. D’autres, minoritaires, optent pour le salariat au sein de centres de santé ou d’hôpitaux. 11 % des praticiens choisissent de cumuler les deux statuts1.
Sur le plan financier, le salaire d’un orthodontiste est attractif. Il varie selon la localisation géographique ou les honoraires fixés. Il atteint une moyenne d’environ 120 000 euros brut annuels2

Se lancer en tant qu’orthodontiste : quelles démarches administratives ?


Orthodontie ou médecine générale, les étapes pour ouvrir un cabinet médical restent sensiblement identiques. Avant d’ouvrir votre cabinet d’orthodontie, vous devez : 
●    Procéder à votre inscription auprès de l’Ordre des chirurgiens-dentistes de votre région, puis faire une demande d’inscription à la liste des spécialistes.
●    Faire enregistrer votre activité à l’Assurance maladie.
●    Adhérer à la CARCDSF (Caisse autonome de retraite des chirurgiens-dentistes, des sages-femmes).
●    Souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle.
Pour structurer votre pratique, vous avez le choix entre plusieurs formes juridiques. Si vous envisagez d’exercer en groupe, vous vous tournerez vers :
●    La société civile professionnelle (SCP) : elle permet de centraliser moyens et honoraires. Les associés sont imposés sur leurs bénéfices individuels.
●    La société d’exercice libéral (SEL) : soumise à l’impôt sur les sociétés, elle offre aux praticiens une rémunération mixte, incluant salaires et dividendes.
●    La société civile de moyens (SCM) : elle permet aux membres de partager les dépenses liées à leur profession sans pour autant fusionner honoraires et clientèle. Chacun est imposé individuellement.
Si vous faites le choix d’exercer seul, vous ne pourrez pas opter pour le statut d’auto-entrepreneur. Pour faire le bon choix, faites-vous accompagner d’un professionnel comme un expert-comptable.

S’installer comme orthodontiste : aspects pratiques

Prenez le temps de réaliser une étude de marché de la zone où vous prévoyez de vous installer. Quels sont les besoins de la population ? Quelle est la démographie locale ? La concurrence est-elle présente ? Si vous avez identifié un besoin de la population, vous devez trouver un local adapté et facilement accessible (présence de transports, parkings, zone commerciale…). En vertu de l’article L. 111-7 du Code de la Construction et de l’Habitation, votre cabinet devra également être accessible au public en situation de handicap. De plus, vous devrez vous assurer du respect des normes électriques et incendie.
Pour assurer l’avenir de votre cabinet dentaire, plusieurs stratégies peuvent être mises en œuvre. Vous pouvez envisager de reprendre un cabinet existant en récupérant sa patientèle. C’est un moyen de sécuriser votre investissement initial. Vous pourrez aussi profiter de la présence d’équipements dentaires indispensables au démarrage de l’activité. 
Vous préférez créer votre propre cabinet ? Vous devrez alors vous équiper : fauteuil dentaire (hydraulique ou électrique), lampes, tabourets, équipements de base (miroirs, sondes, pinces…), équipements rotatifs sont à prévoir. L’investissement initial peut être élevé. 
N’hésitez pas à consulter votre conseiller bancaire pour trouver le financement adéquat.

Comment faire prospérer son cabinet d’orthodontie ?

Pour la suite, vous devrez tenter de vous démarquer en : 
●    Optimisant votre visibilité numérique par la création d’une fiche Google associée à un site web bien référencé avec prise de rendez-vous en ligne. 
●    Vous inscrivant sur des plateformes en ligne pour faciliter l’accessibilité de vos patients.
●    Renforçant votre réseau professionnel grâce à des évènements locaux (salons, congrès, formations). L’idéal est de se constituer un réseau de recommandations croisées avec d’autres praticiens.
Veillez à bien respecter l’interdiction de publicité s’appliquant aux professionnels de santé publique (article R. 4127-19 du Code de santé publique).

Les trois points à retenir : 
●    L’orthodontie est une spécialité dentaire focalisée sur le diagnostic puis la correction des anomalies dentaires et maxillaires.
●    La formation pour devenir orthodontiste est exigeante. Un diplôme d’études spécialisées en orthopédie dento-faciale est obligatoire.
●    La majorité des praticiens en orthodontie exerce en libéral exclusif.

1 Chirurgiens dentaires spécialistes de l’orthopédie dento-faciale libéraux
2 Salaire d’un dentiste en France : combien gagne-t-il vraiment ?
 

Pour continuer votre lecture

Maîtrisez les Bases du VBA sur Excel
#Entrepreneurs (1 à 10 salariés)
Article
Le Visual Basic for Applications (VBA) est un outil puissant qui permet d'automatiser des tâches, d'optimiser des processus et d'exploiter pleinement le potentiel d'Excel. Que vous soyez un professionnel cherchant à améliorer son efficacité ou un pas...
Légère baisse des créations d'entreprises en 2023
#Entrepreneurs (1 à 10 salariés)
Article
1 051 500 entreprises ont été créées l'an dernier en France. Un chiffre en repli de 1 % par rapport à 2022.
Formation - Introduction à la cybersécurité

Mooc
Dans un monde de plus en plus connecté, la sécurité informatique est devenue la préoccupation majeure pour les individus et les organisations. L’introduction à la cyber sécurité offre un aperçu essentiel des menaces en ligne, des meilleures pratiques...