23/05/2024
Article

Avantages et inconvénients du statut de travailleur indépendant

Le travailleur indépendant est son propre employeur, ce qui peut engendrer autant d’avantages que d’inconvénients. En contrepartie de son autonomie et de sa liberté, le travailleur indépendant supporte de lourdes responsabilités. Tour d’horizon des atouts et désagréments du statut d’entrepreneur indépendant. 

Comprendre le statut de travailleur indépendant

Un travailleur indépendant, par opposition à un salarié, n’a pas de contrat de travail. Il travaille seul ou à plusieurs, mais sans liens de subordination. Le travailleur indépendant crée son propre emploi : il est entrepreneur. Il propose des produits ou des prestations de services commerciales, artisanales ou intellectuelles, en B2B (Business to business) ou en B2C (business to consumer).

Quelles sont les formalités administratives pour devenir travailleur indépendant ?

Pour devenir travailleur indépendant, il faut créer une structure juridique. Cela permet à l’administration d’identifier l’activité économique, pour ensuite prélever les impôts. Les démarches diffèrent selon le type de structure juridique.

  • Pour créer une entreprise individuelle, au régime de la microentreprise ou non, vous effectuez les formalités de création en ligne sur le site de l’INPI. La démarche est simple, rapide et gratuite.
  • Les démarches pour créer une société (SARL ou EURL, SAS ou SASU…) sont plus longues et coûteuses. Vous devez rédiger les statuts de la société, procéder à son immatriculation via le guichet des formalités des entreprises (anciennement centre de formalités des entreprises) sur le site de l’INPI, déposer le capital social sur un compte bancaire dédié ou chez un notaire, et publier un avis de création de société dans un journal d’annonces légales.

Quels sont les critères à considérer lors du choix du statut juridique ?

Vous avez le choix entre entreprise individuelle et société. Des différences phares entre ces deux statuts juridiques peuvent orienter votre choix :

  • Vous ne pouvez pas vous associer en entreprise individuelle. Vous créez seul votre entreprise, et vous ne pourrez pas prendre d’associé ni d’investisseur. Néanmoins, vous avez la possibilité de commencer en tant qu’entrepreneur individuel, puis de passer en société pour vous développer.
  • L’entreprise individuelle est un statut plus simple. Les formalités de création et les obligations comptables sont allégées en comparaison avec une société. La gestion au quotidien est également simplifiée : l’entrepreneur individuel, contrairement à l’associé de société, ne réunit pas d’AG pour prendre des décisions.

Quelles sont les différences entre les statuts de travailleur non salarié (TNS) et de travailleur assimilé salarié (AS) ?

Les entrepreneurs individuels ont tous le statut de TNS. Si vous créez une société, en revanche, vous avez le choix du statut de TNS ou assimilé salarié, selon la forme de votre société.

  • Vous êtes assimilé salarié si vous créez une SAS ou une SASU et que vous en êtes le président, ou si vous créez une SARL dont vous êtes gérant minoritaire.
  • La différence majeure entre travailleur non salarié et assimilé salarié s’observe au niveau du régime social. En tant que travailleur non salarié, vos cotisations sociales sont moins chères, et en contrepartie, votre protection sociale est limitée (pas de protection en cas d’accident du travail et une retraite moins avantageuse).

Quels sont les avantages et inconvénients de l’autoentreprise pour un travailleur indépendant ?

En tant que travailleur indépendant, l’autoentreprise (ou microentreprise) est intéressante pour se lancer.

  • Vous pouvez être autoentrepreneur (ou microentrepreneur) si vous êtes entrepreneur individuel et si votre chiffre d’affaires annuel HT ne dépasse pas les seuils réglementaires (188 700 € pour les commerçants, 77 700 € pour les prestataires de services et les professions libérales – chiffres 2024-2025).
  • L’autoentreprise est la structure juridique la plus simple à créer et à gérer. Si vos frais professionnels sont faibles, l’autoentreprise est également très avantageuse sur le plan économique : vos cotisations sociales sont faibles.

Pour calculer le coût de vos cotisations sociales : comptez environ 62 % de votre CA si vous êtes assimilé salarié, 50 % si vous êtes TNS et moins de 25 % si vous êtes autoentrepreneur. Le TNS et l’assimilé salarié en revanche peuvent déduire leurs charges professionnelles de leur CA. L’autoentrepreneur ne peut pas déduire ses charges, mais bénéficie d’un abattement forfaitaire (71 % pour les commerçants, 50 % pour les prestataires de services et 34 % pour les professions libérales).

Résumé des avantages et inconvénients du statut de travailleur indépendant

Avantages     Inconvénients
Pouvoir de décision étendu Lourdes responsabilités
Autonomie et flexibilité Charge de travail
Modularité des revenus Ni congés payés ni chômage

Quels sont les avantages du statut de travailleur indépendant ?

#1 Un pouvoir de décision étendu

En tant que travailleur indépendant, vous n’avez pas de manager : vous prenez seul, éventuellement avec vos associés et vos investisseurs, toutes les décisions qui concernent votre activité. Illustrations :

  • Vous choisissez vos clients et vous fixez vos prix.
  • Vous orientez vos stratégies de développement.

#2 Autonomie et flexibilité

Le travailleur indépendant s’offre l’avantage de la liberté dans l’organisation pratique de son travail.

  • Vous n’avez pas besoin de faire valider ni vos congés ni vos RTT. Vous n’avez pas non plus à justifier vos absences en cas de maladie. Vous travaillez quand vous le souhaitez. Notez que vous êtes cependant tenu aux délais fixés avec vos clients, qui représentent votre source de revenus.
  • Sous réserve des spécificités de votre activité, vous travaillez où vous le souhaitez. Les outils digitaux favorisent le travail à distance, notamment pour les fonctions de direction. En tant que travailleur indépendant, vous pouvez faire du télétravail sans avertir de supérieur hiérarchique.

L’avantage de la liberté s’observe essentiellement lors d’évènements imprévus. Exemple : le travailleur indépendant qui apprend que le professeur de son enfant est en grève s’organise plus facilement, et sans en référer à quiconque.

#3 La modularité des revenus professionnels

Contrairement au salarié, le travailleur indépendant perçoit une rémunération proportionnelle à ses efforts et à son temps de travail. Pouvoir moduler ses revenus est un avantage à deux égards :

  • Vous maîtrisez vos augmentations de revenus. Si vous avez un projet coûteux à moyen terme, vous pouvez vous fixer des objectifs supérieurs, et travailler plus pour gagner l’argent nécessaire à le concrétiser.
  • L’avantage est également psychologique : chacun de vos efforts est rétribué financièrement.

Quels sont les inconvénients du statut de travailleur indépendant ?

#1 De lourdes responsabilités

En contrepartie de son pouvoir de décision et de son autonomie, le travailleur indépendant assume de lourdes responsabilités. Ces responsabilités risquent de peser sur le plan psychologique et sur le plan financier.

  • En tant que travailleur indépendant, vous gagnez de l’argent à condition que votre projet soit un succès. Vous devez avoir une bonne idée, et travailler de manière assidue : l’autodiscipline est une qualité centrale du travailleur indépendant. En cas d’échec ou de succès modéré, vous ne gagnez pas d’argent et vous risquez de perdre l’argent que vous avez investi dans votre entreprise.
  • À moins d’avoir des associés, vous n’avez personne avec qui partager vos doutes et vos incertitudes. Vous assumez seul vos échecs, et la solitude peut devenir difficile à supporter. Le poids des responsabilités, en outre, rend l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle difficile à maintenir. En tant que chef d’entreprise, vous ne « coupez » pas facilement du travail, et vous êtes exposé à la pression et au stress.

#2 Une charge de travail importante

Aux débuts de votre entreprise, vous n’avez pas nécessairement les moyens d’embaucher. Vous devez donc assumer seul l’ensemble des fonctions support : comptabilité, juridique, marketing… Ce qui nécessite de se former à des expertises qui ne sont pas les vôtres. Cela suppose en outre du temps de travail non facturé.

Selon le rapport Freelancing in Europe 2024 de Malt, les freelances à temps plein répartissent ainsi leur semaine : 32 heures de travail facturé, 5 heures d’administratif, 4 heures de prospection/réseautage et 4 heures de développement de compétences.

#3 Ni congés payés ni chômage

Le travailleur indépendant ne bénéficie pas de la sécurité du salarié : s’il ne travaille pas, il ne perçoit pas de revenus. Il doit donc être organisé financièrement pour prévenir les risques.

Pour continuer votre lecture

Tout savoir sur les Maisons de Santé Pluridisciplinaires
#Professions libérales
Article
Découvrez comment les Maisons de santé pluridisciplinaires révolutionnent l’accès aux soins et la collaboration médicale en France.
Gestion du stress au travail : six conseils pour les professions libérales

Article
Découvrez les techniques et outils efficaces pour mieux gérer votre stress au travail en tant que professionnel libéral, prévenir les risques et améliorer votre bien-être.
Légère baisse des créations d'entreprises en 2023
#Entrepreneurs (1 à 10 salariés)
Article
1 051 500 entreprises ont été créées l'an dernier en France. Un chiffre en repli de 1 % par rapport à 2022.