05/09/2022

Commerces de centre-ville : 4 solutions pour livrer

Premiers pas
Commerces de centre-ville : 4 solutions pour livrer

Quels sont les différents modes de livraison pour les commerces de centre-ville ?

Pour de nombreux commerces, la livraison à domicile est un sacré casse-tête. Compliquée à mettre en place et souvent coûteuse, celle-ci est d’autant plus délicate en centre-ville, avec des rues souvent bloquées et de nombreux embouteillages. Au-delà de l’importance de bien choisir l’emplacement de votre commerce, il est également primordial de s’organiser correctement pour optimiser vos livraisons. 

Dans cet article, nous verrons :
-    Les hubs péri-urbains
-    Les vélos-cargos à assistance électrique 
-    La mutualisation des livraisons
-    La consigne colis automatique 
-    Les enjeux sociétaux et environnementaux

Les hubs péri-urbains

Situés en ville ou en bordure de ville, les hubs péri-urbains sont des espaces qui permettent de centraliser et de stocker les produits au plus près de la clientèle des villes. En effet, encore aujourd’hui, la plupart des entrepôts sont situés à 30, voire à 50 kilomètres du centre-ville. Compliqué dans ce cas de pouvoir livrer un produit dans la journée, ou même le lendemain de la commande. Comme un entrepôt classique, les hubs péri-urbains centralisent les marchandises, préparent les commandes, et organisent la livraison. Ils regroupent également les chargements en fonction de la zone de livraison : vous pouvez ainsi mobiliser un seul véhicule pour acheminer vos colis, par exemple, en direction du 15e arrondissement de Paris. Ces hubs étant situés plus près de la destination finale des produits, la durée de la livraison s’en trouve considérablement raccourcie. 

Le groupe La Poste a ainsi récemment lancé Urby, structure spécialisée dans “le dernier kilomètre”, avec des entrepôts situés dans 17 villes françaises. La startup Promus, spécialisée dans la livraison de produits agricoles en circuit court, a également lancé son propre service de hub péri-urbain. Les agriculteurs des zones rurales viennent déposer leurs fruits et légumes dans une “promus box” située en bordure de ville. La startup organise ensuite la livraison des marchandises par quartier. 

Du temps gagné pour les commerces, pour les clients, et des trajets en moins pour la planète. 

Les vélos-cargos à assistance électrique

On les aperçoit de plus en plus souvent dans le centre des grandes villes. Les vélos-cargos, qui traînent devant ou derrière eux jusqu’à 280 kilos de marchandise, ont tous les avantages pour des livraisons en centre-ville. Aussi larges qu’un vélo classique, ils se faufilent absolument partout et ne bloquent pas le trafic d’une rue pendant le temps de la livraison. 

De nombreuses startups se sont ainsi lancées dans ce mode de livraison, qui présente également l’immense avantage d’être beaucoup plus écologique qu’un mode de livraison classique, puisque ces vélos-cargos n’émettent pas de gaz à effets de serre grâce à leur assistance électrique.

 Le vélo-cargo est également une solution très économique : une bicyclette, même électrique, est évidemment bien moins onéreuse à l’achat qu’un véhicule motorisé. L’entretien d’un vélo est également bien moins coûteux que celui d’une voiture, puisqu’il ne nécessite pas de révision, de vidange ou de contrôle technique. Signe que la “vélorution” est en marche : entre 2015 et 2020, le marché français du vélo-cargo a augmenté de 354% !

La mutualisation des livraisons

Problème majeur de nombreux transporteurs, leurs camions roulent bien souvent avec des taux de remplissage faibles. On multiplie ainsi les voyages, et donc les émissions de carbone, pour un nombre de produits livrés relativement faible. De plus en plus de transporteurs se lancent donc aujourd’hui dans la mutualisation des livraisons. Le principe : utiliser un seul et même camion pour plusieurs entreprises et transporteurs différents. Les entreprises font ainsi d’importantes économies puisqu’elles partagent le prix de la course, et diminuent drastiquement l’impact carbone de leurs livraisons. Seul bémol de cette solution : elle allonge parfois les délais de livraison, les transporteurs devant attendre que le camion soit totalement rempli avant de le faire partir. 

La consigne colis automatique

Depuis quelques années, on les voit apparaître çà et là dans les rues des grandes villes de France : les consignes de colis automatisées. Il s’agit là d’espaces de stockage, situés en plein centre-ville, auxquels ont accès les clients 24h/24. Ceux-ci ouvrent les casiers au moyen d’un code d’accès. Cette nouvelle méthode de livraison a de multiples avantages. Pour le transporteur, elle permet de gagner du temps en mutualisant les lieux de pose, et évite ainsi d’avoir à déposer le colis jusqu’à la porte du client. De son côté, le client y gagne aussi puisqu’il n’a pas à se préoccuper d’être chez lui lors de la livraison : il peut ainsi choisir le lieu et le créneau lors duquel il viendra chercher son colis. Une solution déjà adoptée par des géants du e-commerce comme Amazon, mais qui se développe également dans le secteur de la grande distribution, avec des enseignes comme Carrefour, qui a récemment ouvert plusieurs consignes automatiques dans les grandes villes de France.

Des enjeux sociétaux et environnementaux de plus en plus pressants

Ces nouveaux modes de livraison, tout innovants qu’ils sont, ne sont encore qu’à leurs balbutiements. Les professionnels de la logistique espèrent ainsi répondre à deux phénomènes de société a priori irréconciliables. D’un côté, la transformation des habitudes de consommation, avec des clients souhaitant disposer de leur achat le plus rapidement possible. De l’autre, la crise climatique et la nécessité de réduire considérablement les émissions carbone. L’engorgement des routes urbaines et les restrictions de circulation, comme dans le centre de Paris, promettent également de compliquer la donne.