13/10/2020

Comment reprendre une entreprise en 6 étapes ?

Premiers pas
Comment reprendre une entreprise en 6 étapes ?

Chaque année en France, près de 60 000 entreprises sont à reprendre. Il s’agit essentiellement de fonds de commerce et entreprises artisanales : commerces de détail alimentaires ou non, salons de coiffure, centres de réparation automobile, cafés, hôtels, restaurants, chauffagistes, plombiers...
Reprendre une affaire, c’est avant tout pouvoir s’appuyer sur de « l’existant », notamment en termes de notoriété, de locaux, de matériels professionnels, de portefeuille clients, de carnet de commandes, de fournisseurs…

Reprendre une entreprise nécessite d’être organisé et méthodique et de se faire accompagner par des experts pour mener à bien son projet. 

Voici les 6 étapes clés de la reprise d’entreprise :

Etape 1 : Préparer votre projet de reprise d’entreprise

Il s’agit de définir votre projet personnel (vos motivations, vos compétences, vos contraintes… mais aussi éventuellement les congés que vous pouvez prendre, sous conditions, pour réaliser votre projet, les formations à suivre, votre régime matrimonial à adapter, etc.) et, en cohérence avec celui-ci, de cibler un type d’entreprise à reprendre (activité, localisation, taille, fourchette de prix de cession, modalités de reprise…).

Etape 2 : Trouver l’entreprise à reprendre

Vous devez bâtir un plan de prospection, c’est-à-dire établir une liste d’entreprises correspondant à vos besoins pour votre rachat de société

Comment trouver une entreprise à reprendre ?

Activez vos réseaux (familial, amical, professionnel) et adressez-vous aux spécialistes de la reprise de société

- Pour les TPE et PME, (effectif inférieur à 250 personnes et chiffre d’affaires annuel n'excèdant pas 50 millions d'euros), il s’agit des Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI), des Chambres de Métiers et de l’Artisanat (CMA), des fédérations professionnelles, des experts-comptables, des avocats, des notaires, etc. 

- Pour les grandes entreprises (effectif supérieur à 5000 personnes et chiffre d'affaires annuel supérieur à 1 500 millions d'euros), il existe des clubs de repreneurs, des cabinets de conseil en fusion/acquisition, des banques d’affaires, des commissaires aux comptes, des cabinets d’audit, etc.

Consultez les bourses d’opportunités d’affaires telles que https://www.transentreprise.com/ de la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie) et https://reprise-entreprise.bpifrance.fr/ de BPI France.  

Etape 3 : Réaliser un diagnostic 

Comment dégager les points forts et les points faibles de l’entreprise à reprendre pour établir un juste prix de rachat ?

Pour y répondre, voici les questions que vous devez vous poser, en tant que repreneur d’entreprise

•    De quelles ressources matérielles, financières et humaines dispose-t-elle ? Quels sont les investissements nécessaires ? 
•    L’entreprise est-elle rentable ? D’où provient sa rentabilité ? 
•    Est-elle apte à conserver ses performances dans le futur ? Ne dépend-elle pas de quelques « gros clients » ? 
•    Vous permettra-t-elle de vous rémunérer comme vous l’entendez ? De rembourser vos crédits ?
•    Les salariés clés vont-ils partir avec le cédant ou monter une affaire concurrente ? 
•    L’entreprise est-elle conforme aux normes d’hygiène, de sécurité, d’environnement ? etc. 

Avant de procéder au rachat de la société, vous devrez également passer au crible tous les documents contractuels de l’entreprise (bilans comptables, rapports annuels, actes de propriété ou du bail, contrats de concession ou de franchise, contrats de travail, contrats de location de matériels, etc.). Pour cela, mieux vaut se faire aider par un spécialiste, par exemple un expert-comptable. 

Etape 4 : Monter votre plan de reprise 

Il s’agit de constituer un dossier de reprise complet articulé en deux parties : d’une part votre diagnostic (vous, le marché et l’entreprise à acquérir) ; d’autre part votre stratégie pour maintenir, réorienter ou développer l’entreprise (montage juridique, plans opérationnels, comptes prévisionnels, montage financier).

Deux options pour la reprise d’entreprise : 

  • Rachat du fonds de commerce ou d’une branche d’activité

  • Rachat des parts sociales ou des actions

Chaque solution en termes de montage juridique, fiscal ou financier, présente des avantages et des inconvénients. Afin de choisir entre ces deux options, il convient de vous faire accompagner d’un expert : avocat d’affaires, avocat fiscaliste, expert-comptable. 

Etape 5 : Financer la reprise 

BNP Paribas, banque engagée dans le financement lié à l’économie réelle (activité économique uniquement concernée par la production de biens et services), met à votre disposition des solutions de financement  ainsi que des solutions d’accompagnement à la reprise d’entreprise. L’octroi d’un prêt reste soumis à conditions et à acceptation de la Banque.

Etape 6 : Négocier et conclure un achat d’entreprise

En ce qui concerne votre négociation, vous devrez vous préparer à négocier avec plusieurs interlocuteurs : le cédant, les banques / établissements financiers, les fournisseurs, les clients, etc. et trouver un accord sur les éléments suivants : 

  • prix de cession, 
  • conditions de reprise (ce que vous reprenez, à quelles conditions), 
  • délais de reprise, 
  • accompagnement par le cédant (combien de temps, sous quelle forme), 
  • termes de la promesse de cession, 
  • du protocole d’accord et, s’il y en a une, 
  • de la garantie du passif.

Attention, une négociation est réussie si aucune des deux parties n’a le sentiment d’avoir été flouée !