20/07/2020

Comment convaincre un business angel de financer votre projet ?

Financement
Comment convaincre un business angel de financer votre projet ?

Les business angels, véritable coup de pouce financier aux jeunes entreprises en phase de lancement. Nos conseils pour les approcher, les séduire et les convaincre d’investir dans votre projet de création d’entreprise.

Les business angels apportent un véritable coup de pouce financier aux jeunes entreprises en phase de lancement. Nos conseils pour les approcher, les séduire et les convaincre d’investir dans votre projet de création d’entreprise.

Les business angels (BA) sont des particuliers investisseurs souvent des chefs d’entreprise ayant eux-mêmes goûté à la création d’entreprise, désireux d’accompagner des jeunes entreprises prometteuses en recherche de financement. Ils sont, d’après la fédération France Angels, plus de 7000 en France. Leur objectif : gagner de l’argent mais aussi aider leurs jeunes talents à se développer et à grandir. Il y a une part d’affect importante : il ne s’agit pas uniquement d’aller chercher de l’argent. C’est aussi une rencontre, il faut que le courant passe , prévient Guy Gourevitch, président de la fédération France Angels.

Hyper sollicités et très sélectifs, les BA ne sont pas toujours faciles d’accès. Mais la mission trouver un business angel est loin d’être impossible. Charlotte Cadé, cofondatrice de Selency (brocante en ligne), a trouvé une parade toute simple pour les approcher : Nous avons contacté nos premiers business angels via LinkedIn en les invitant à nous rencontrer. Elémentaire mais efficace. Grâce à ce petit tour de passe-passe, elle a réussi à convaincre des grosses pointures du web comme Xavier Petit, fondateur de Showroomprivé et Renaud Guillerm, fondateur de Videdressing, d’investir dans son projet fin 2015.

A noter : les business angels regroupés en associations du type :

  • France Angels,
  • Femmes Busines Angels,
  • Angels santé
  • ...

Sont plus facilement abordables car ils proposent régulièrement des sessions de levées de fonds.

Difficile de solliciter un Business angel sans lui indiquer à quoi servira votre levée de fonds. C’est la base : les BA prennent un risque, ils doivent être rassurés sur l’utilisation de leur placement. J’avais besoin d’argent pour acquérir de nouveaux clients et faire davantage de volume. Je l’ai clairement verbalisé lors de mes présentations, en démontrant que x clients de plus me feraient gagner x euros de plus , explique Adrien Hugon, fondateur de Cowash (pressing à domicile) qui a levé 250 000 euros auprès de quatre business angels fin 2017.

Fixez-vous une fourchette de prix mais ne vous braquez pas sur un montant précis. Car au final, il correspond rarement aux capitaux prévus. Avec parfois de bonnes surprises ! Nous avions estimé notre besoin de financement à 300 000 euros. Nous avons finalement levé 500 000 euros auprès de 12 business angels : ce sont eux qui nous ont dit que cela ne suffirait pas , indique Charlotte Cadé. Ils avaient raison. Un an plus tard, fort de notre croissance exponentielle, nous avons réalisé une deuxième levée de fonds de 2,7 millions d’euros. Même expérience pour Adrien Hugon, qui misait sur 150 000 euros et qui a obtenu 250 000 euros. Les BA savent apprécier les besoins d’une jeune entreprise. Mais attention à ne pas céder aux sirènes de l’argent : plus les montants sont élevés, plus les prises de participation au capital sont importantes. J’ai veillé à conserver la majorité du capital.

Les BA sont des gens pressés et, bien souvent, vous n’aurez que quelques minutes pour les convaincre de financer votre entreprise. Votre pitch (présentation orale) doit être soigneusement préparé (et répété) pour que vos interlocuteurs comprennent l’ensemble de votre projet dans les 60 premières secondes. Pas de blabla, ni de chiffres abstraits. Soyez percutant, clair et concret. Mon discours est rodé, je commence toujours par la solution que je propose et l’opportunité de marché que cela va représenter. Je monte en complexité au fur et à mesure en illustrant toujours mes propos par des chiffres , précise Adrien Hugon. Une technique infaillible : le jeune entrepreneur est en train de finaliser une levée d’un million d’euros auprès de nouveaux business angels.

Ne vous attardez pas avec un long discours produit, des technologies compliquées ou un mode d’emploi incompréhensible. Mettez immédiatement en avant la solution que vous proposez. Il faut évidemment présenter le projet, son marché, ses perspectives mais insistez sur les bénéfices clients, la valeur ajoutée pour l’utilisateur, le problème que votre produit ou service résout. C’est cela qui préfigure de la taille d’un marché et qui intéresse les BA , conseille Guy Gourevitch de France Angels.

Votre business model doit prouver des perspectives de rentabilité avec des prévisions financières crédibles et cohérentes. Vendez le projet et sa réussite future avec des chiffres réalistes que vous connaîtrez sur le bout des doigts. J’ai défendu une vision long terme, en présentant des hypothèses à 3-4 ans et en faisant comprendre à mes business angels que l’activité allait concerner un marché de masse , raconte Adrien Hugon. Consultez notre article sur le business plan Comment définir ses besoins de financement .

C’est un critère essentiel pour les business angels, il représente d’ailleurs 75% de la décision d’investissement*. Autant dire qu’il est primordial de présenter une équipe soudée, motivée, variée et à l’écoute, qui saura évoluer en fonction des retours du marché. Avec mon associé, nous avons des profils complémentaires. Il est plutôt financier, avec une approche business. Je suis pour ma part issu du marketing, avec une passion pour la brocante , détaille Charlotte Cadé. Le duo de choc a tenu ses promesses. Selency emploie aujourd’hui 40 personnes et réalise 10 millions d’euros de chiffre d’affaires.

* Source : Fédération France Angels